FREDERIC POGGI / U PRETE

CACH / COMÉDIEN


 

1/  Avite adattu u scenariu di Liberata in lingua corsa,  cumu avite travagliatu ?

Aghju travagliatu à tappe durante un mese da adattà u scenariu. I mo attrazzi : un dizziunariu francese/corsu è u mo ordinatore.

In prima, aghju lettu u scenariu da connosce a storia è i protagonisti. Hè importante chì l’adattazione currispondessi à u persunagiu, à a manera ch’ellu hà di sprime si di manera à rende u so registru di lingua : sustenutu, cumunu…

Quì i persunagii si sprimenu di manera abbastanza neutra senza sparità maiò da unu à l’altru. L’adattazione toccava à più d’un terzu di u scenariu, u restu ci vulia ch’ellu firmessi sia in francese, sia in talianu.

Aghju cuminciatu à traduce di manera litterale i dialughi, aiutendumi di u dizziunariu per e parolle e più difficile. Compiu issu primu travagliu, aghju provatu à rende a parlata  a più naturale pussibule.

Aghju travagliatu nantu à e spressione è nantu à u lessicu da fà chì i dialughi fussinu di bona qualità da u puntu di vista di a lingua è capiscitoghji da tutti.

Tenendu una traduzzione litterale, si perdia u naturale chì e duie lingue anu manere assai sfarente da rende i cuncetti è l’idee. U interessu di stu travagliu hè di trovà a manera a più adatta da rende in lingua corsa ciò ch’ella prupone a lingua francese.

Mi hè ancu accadutu di fà parechje pruposte, lascendu à i cummedienti a scelta d’adoprà quella chì li cunvenia u megliu. Certi anu prupostu versione persunale di u scrittu senza tene contu di e mo pruposte. È què, hè una bona, chì permette d’arricchisce a diversità di a lingua è ancu d’aghjustà una parte di realità à u scrittu.

Mi dumandavanu dinò d’esse reattivu è di pudè adattà à a lestra un scrittu novu, s’ellu si cambiava à l’ultima, una scena o un dialugu.

 

2/ Hè difficile di rende contu di ciò ch’ella pudia esse a lingua corsa in l’anni 40 ?

Ùn si hè posta sta dumanda chì u scopu ùn era quì di rende una lingua corsa fidele à quella di l’epica ma simpliciamente di fà parla corsu certi protagonisti. Hè certu chì dapoi più di sessant’anni, a lingua hè assai mutata , ùn sia chè in a so musicalità è in u naturale di a so spressione. Oghje, ogni cummediente, ancu puru s’ellu hè corsofonu, trascrive in a so parlata, una parte più o menu impurtante di francisazione. Per un dettu, u ruttulà di l’ « R », o a perdita di certe « cambiarine. »

S’ella avessi  vulsutu a produzzione chì a lingua adoprata fussi quella parlata in l’anni 40, tandu u travagliu seria statu altru : più fine è incù l’aiutu di persone capace à rende stu fattu.

 

3 / En plus de votre mission  de co-scénariste, vous avez « coaché » certains acteurs non corsophones, en quoi consiste ce travail ?

3/  In più di a vostra missione di co-scenaristu, avite aiutatu certi attori chì corsofoni ùn eranu. Cumu si hè fattu stu travagliu ?

Mi hà dumandatu France 3 di verificà u travagliu linguisticu di i cummedianti è d’assicurammi di a bona qualità linguistica nantu  à u locu di filmera. Aghju assistutu à tutte e prise è aghju cuntrullatu u travagliu d’ognunu. Aghju scontru i cummedienti chì avianu bisognu d’aiutu è aghju travagliatu cùn elli i dialughi. Certi cum’è Petru Larenzu Santelli ùn avianu difficultà. Altri anu avutu bisognu di i mo servizii è di i mo cunsigli, l’aghju aiutati à a prununcia di certe parolle è à rende l’intunazione più ghjuste è più naturale.

U tempu ch’elli filmavanu, avia sempre u cascu incalfatu  è aghju ascoltatu cù attenzione ogni prisa.

Avia cum’è cunsegna d’intervene è ancu d’interrompe una scena sì un cummediente facia un sbagliu troppu impurtante cum’è per un dettu  finisce una cunghjucazione cù una desinenza chì ùn era ghjusta.

Ùn si pò dì ch’avessi fattu da prufessore per a maiò parte di i cummedienti chì bon parechji eranu corsofoni boni. Pè ciò chì tocca à i sbagli di lingua, ci simu primurati di più di schisià quelli chì rendianu pocu capiscitoghji i dialughi, chè, per indettu, di rispettà in puntu è in virgula a prununcia di e cambiarine, puru ch’è no ci avessimu datu capu mentre e fase di lettura.

Ma certe regule linguistiche e pudiamu ancu scordà tantu eranu numerosi i parametri à piglià in contu mentre ch’elli filmanu.

Aghju travagliatu di più cù François Orsoni  o cù Shani Sabbaty, chì avianu di più difficultà. Pensu chì stu travagliu hà permessu d’assicurà un pocu a qualità linguistica

ancu puru s’elle fermanu e mancanze.


PIERRE-LAURENT SANTELLI / OTTONE

COMÉDIEN


 

1 / Qu’ ‘est -ce qui vous a séduit dans le personnage d’ Ottone ?

Il y a eu d’abord l’aspect affectif, personnel. Mon père était berger, communiste et résistant. Mais au delà d’Ottone il y avait un projet collectif à porter , cette histoire que l’on a tous vécu à travers les récits de nos pères , grands pères , oncles …

Puis  pour le comédien l’occasion d’interpréter un personnage fort, avec un vrai travail à effectuer pour le  rendre crédible, un personnage tout en nuance permettant d’explorer plusieurs facettes. Le risque étant de tomber dans la caricature, de rester en surface. Ce huis clos, resserré autour de quelques personnages était un parti pris qui m’intéressait aussi.

 

2 / Le fait d’être corsophone, vous a-t-il facilité votre approche du personnage que vous incarnez ?

Effectivement. Cela m’a permis de  lui a donner l’épaisseur, de le rendre plus consistant.

De restituer l’aspect rural d’Ottone.

De plus j’ai pu ainsi me réapproprier les dialogues. Une traduction en avait été faite mais trop lisse, scolaire, et manquant de « sguilla paisana ».

Je suis intervenu aussi sur les dialogues du frère.

Cela a imbriqué plus le duo.

 

3 / Pour vous « LIBERATA » est-il un film corse ?

Comme pour la littérature on peut se poser la question : qu’est ce qu’un film corse ? Fait en Corse ? Par des corses ? En langue corse ? Parlant de la Corse ? Vaste débat s’il en est !

Pour répondre simplement à votre question, pour moi oui,  c’est un film corse.

Ce film étant support pédagogique et ayant  donc vocation à nourrir le débat éducatif, s’il m’est permis,  je voudrais faire passer un message :

Dans une époque beaucoup plus trouble , dans un contexte terrible, des jeunes, et des moins jeunes, contre l’avis d’une majorité et alors que le destin semblait immuable, tracé, ont cru à leur idéal et sont allés au bout de leur rêve.

Que les jeunes ne se brident pas dans leurs aspirations, rien n’est figé. Il n’y a pas de fatalisme.

Qu’ils se donnent eux aussi les moyens de vivre leur rêve : fusse t’ il personnel, professionnel, amoureux… Dussent-ils se heurter à des monolithes de certitudes.


SHANI SABBATY / LIBERATA

COMÉDIENNE


 

1/ Qu’est-ce qui vous a touché dans la figure de Liberata?

Sa dimension romanesque d’abord; son engagement dans la résistance; son amour impossible avec Santu; sa loyauté envers les gens et les choix qu’elle fait, et sa  façon de les assumer.

 

2/ Comment avez-vous abordé le texte en langue corse ?

Avec un coach bien-sûr! Comme à chaque fois que je travaille au théâtre en langue Corse. J’essaie d’être rigoureuse… C’est un travail passionnant pour un acteur à mon sens! Sur le plateau, notre coach était Frédéric Poggi (qui s’avère également être le curé dans l’histoire). La place de la langue Corse et même des trois langues (avec le Français et l’Italien) est primordiale dans ce film; Philippe Carrèse nous disait que c’était presque un personnage à part entière, puisqu’elles sont utilisées par les protagonistes dans des cas très précis. Pour se faire comprendre ou non des Italiens, (le français et le corse deviennent outil de résistance), pour parler du quotidien, le Corse est vecteur de l’intime, voire d’une certaine tendresse; et enfin l’Italien représente l’occupation et l’autorité, mais par ses similitudes avec le Corse va devenir aussi le pont qui réunit ces deux cultures et les soude pour lutter contre le fascisme.

 

3/ Comment  êtes –vous « entrée » dans la peau du personnage à double identité  Liberata /Simone ?

C’est marrant je ne me suis jamais posé la question en ces termes! Pour moi il n’y a pas de personnage à double identité mais une jeune femme qui toute romanesque qu’elle est, laisse parfois entrevoir ses failles et c’est sans doute ce que je trouve le plus touchant chez elle car ça lui donne une dimension comique voir pathétique… Liberata (quel prénom pour une résistante) rêve d’une vie parisienne faite d’indépendance, de créativité (modiste), de chic de modernisme… au lieu de cela elle roule son quotidien dans son petit village perdu au milieu de la guerre… l‘homme qu‘ elle a vraiment aimé est parti et elle se retrouve mariée a quelqu’un de beaucoup plus vieux qu’elle qui fait plus office de « riche tonton tendre et protecteur » que de Roméo… En gros, c’est comme si elle avait raté ses rendez-vous avec son destin plusieurs fois déjà.

Et sa manière de rappeler qu’elle s’appelle désormais Simone, me fait penser à la phrase magique des enfants: « on disait que j’étais un princesse, ou un chevalier… »

C’est une coquetterie qui est aussi aveu d’impuissance et preuve d’immaturité. Tout le monde a l’air plutôt consterné à ce sujet et n’ à pas vraiment envie de jouer le jeu, mais elle ne se démonte pas! Pour moi ce sont comme des respirations dans ce personnage courageux et sérieux; c’est ce qui le rend moins monolithique, et plus crédible finalement…


FRANÇOIS / SANTU

COMÉDIEN


 

1/ Pouvez vous nous définir le personnage de Santu que vous incarnez dans le film ?

C’est un jeune notaire, un peu idéaliste qui revient au village. Il manque un peu d’expérience, mais grâce à son frère (Ottone), il s’en sortira.

 

2/ Comment avez-vous construit votre personnage ? Avec un texte en langue corse, le travail a-il été plus difficile ?

J’ai commencé à travailler bien avant le début du tournage. Ne parlant pas le corse couramment, j’ai du beaucoup travaillé sur la langue et le texte pour fluidifier la syntaxe, les enchaînements …

 

3/ Pour un comédien est-il difficile de tourner un film avec des dialogues écrits en trois langues différentes ?

Non au contraire, ça modifie le rythme et donc c’est plus dynamique pour aborder les situations.