GLOSSAIRE CINÉMA


 

Cadre : organisation d’une image délimitée par les quatre bords de la fenêtre de prise de vue.

Champ : portion d’espace comprise à l’intérieur des limites du cadre et donc visible à l’écran.

Contreplongée : cadrage où l’axe de la prise de vue est orientée vers le haut.

Fondu : opération, qui fait disparaître (fermeture en fondu), ou apparaître (ouverture en fondu) progressivement l’image. Si la disparition de celle-ci est proportionnellement compensée par l’apparition simultanée d’une autre, on parle de fondu enchainé.

Ellipse temporelle : également appelée « ellipse narrative » consiste à passer sous silence une période de temps c’est à dire à ne pas en raconter les évènements. Il s’agit donc d’une accélération du récit.

Montage : opération d’assemblage des plans qui s’effectue sur un banc de montage.

Plan : suite continue d’images résultant d’une prise de vues ininterrompues.
Voire différentes valeurs de plan. (pour les différentes valeurs de plan : voir les schémas dans l’onglet « analyse filmique ».

Plan-séquence : séquence continue tout entière dans un seul plan ininterrompu.

Plongée : cadrage où la prise de vue est orientée vers le bas.

Prise : ensemble des images et des sons enregistrés entre le démarrage de la caméra et son arrêt.

Scénario : document présentant, sous une forme littéraire, un projet de film en en décrivant en détail l’action et souvent les dialogues.

Scèneséquence : unité narrative, héritée du découpage en scènes des pièces de théâtre, constituant un ensemble qui peut devoir sa cohérence à l’unité d’espace aussi bien que de temps ou d’action. La scène  est généralement considéré comme une unité narrative plus petite que la séquence .

Titrage : on appelle titrage l’écriture des textes écrits insérés dans le film : générique, titres, intertitres.